Les rencontres architecturales de Saint-Raphaël, édition 2021

Publié le dans CAUE

Retour sur cette programmation, co-organisées par la ville de Saint Raphaël et le CAUE Var

IMG_0271.JPG

Les Rencontres Architecturales "Habiter le littoral 2021", co-organisées par la ville de Saint Raphaël et le CAUE Var ont eu lieu les 26 et 27 novembre à Saint Raphaël.

Autour de cette occasion, une exposition, des conférences, des tables-rondes, des ateliers ont développé la thématique « Evolution de nos villes et villages : construire avec le déjà-là ? ». 

Une exposition

 

Le hall d’accueil du centre culturel de Saint Raphaël a accueilli l’exposition « la petite ville en jeux » pendant plusieurs semaines. L’occasion pour les enfants, adultes, familles de découvrir et de tester des jeux pédagogiques sur la ville et l’architecture. Ces temps de jeux, accompagnés par les médiatrices du CAUE Var, ont permis aux joueurs de se forger « une culture de la ville », mais aussi de comprendre l’environnement urbain dans lequel ils évoluent. Les apprentissages, même les plus complexes, se font en toute convivialité.

 

 

« développer des cultures de l’évolutions des villes» 

Cette exposition a été proposé aux varois dans le cadre d’un partenariat avec la Compagnie des Rêves Urbains. La compagnie des Rêves Urbains est une association de médiation de l’architecture et de l’urbanisme basée à Marseille, créée en 2003. Constituée d’architectes et d’une urbaniste spécialisés en médiation, elle conçoit et anime des ateliers pédagogiques et de concertation auprès d’un large public : enfants, adultes, professionnels.   

Les Rencontres Architecturales

 

Avec le soutien de la ville de Saint Raphaël, le CAUE Var a animé deux journées d’échanges et de réflexions. Elus, professionnels et grand public étaient réunis pour réfléchir autour de la thématique de l’évolution de nos villes et village : Construire avec le déjà-là .

 

« Le déjà-là n’est pas figé, il est en œuvre c’est la vie » Philippe Madec

Lors de la première journée, après une conférence d’ouverture de Philippe Madec, qui nous a fait l’honneur de participer et d’introduire le débat ; les architectes, urbanistes et paysagistes des agences Ostraka, Nommos et Remi Duthoit ont suscités intérêt et questionnement de la part du public. Boris Bouchet a clôturé la première journée de ses rencontres en présentant notamment son projet du conservatoire de musique du Pradet, livrée en 2020.

 

 

Les professionnels se sont succédés au micro, tous apportant une vision différente de leurs pratiques, mettant en avant leurs démarches au travers de projets réalisés.

Ces démarches font ressortir la nécessité d’un retour au « bon sens », à la conscience et aux savoir-faire de nos anciens, avec les méthodologies et les technologies contemporaines.

 

« L’innovation ce n’est pas l’objectif c’est le chemin qui y amène » Philippe Madec

Les retours d’expériences exposés durant ces conférences font ressortir des sujets comme : le « déjà-là », la réhabilitation, le réemploi, les matériaux bio-sourcés, l’acceptation des risques, la participation habitante, etc. Que ce soit par contrainte ou par conviction une évolution des pratiques est nécessaire et en route.

 

La journée du samedi a été consacrée à deux tables rondes, ou les intervenants spécialisés  se sont succédés autour de deux thématiques : « la culture de la réhabilitation » et « l’économie circulaire et le réemploi ».

  

La projection

La Maison de l’Architecture et de la Ville, représentée par Eric Delorme (Président de la MAV PAC) en partenariat avec Image de Ville a proposé la diffusion du film « Habitations Légèrement modifiées » de Guillaume Meigneux.

Ce film présente la rénovation de la tour Bois-le-Prêtre par les architectes Druot, Lacaton et Vassal. Guillaume Meigneux  est parti à la rencontre de ses habitants et les suivi tout au long des trois années de chantier, chantier ayant la particularité d’avoir été réalisée en site habité.

 

 "Ils vont mettre un ascenseur dans ma cuisine, vous imaginez ? Un ascenseur ? Ils sont fous !" témoigne Mme C., 95 ans, à quelques semaines du début des travaux